1923

Extrait de la Correspondance Internationale, 19 juin 1923, n°51, supplément, p. 4. Intervention de Boukharine sur la question norvégienne à la 2ème séance de la conférence du CEIC, le 13 juin 1923 à Moscou (compte rendu abrégé). Référence dans la bibliographie de W. Hedeler : n°855.

 


Intervention sur la question norvégienne

N.I. Boukharine




 

Boukharine :

Hoeglund déclare avoir été surpris par le discours de Zinoviev qui ne lui aurait pas donné ce qu’il en espérait. Zinoviev avait à traiter des nouveaux phénomènes politiques et des symptômes dangereux qui se manifestent dans les partis communistes, ce qu'il a fait. Nous perdons ainsi de vue la différence entre nous et la 2e Internationale. Hoeglund accuse l’exécutif d’avoir d’abord corrompu le Parti Italien et de vouloir corrompre à présent le Parti Norvégien. Mais il n’apporte aucune preuve. Examinons maintenant son argumentation plutôt comique sur la question religieuse. Zinoviev a déjà demandé hier pourquoi cette question a brusquement surgi. Objectivement son apparition à l’heure actuelle ne peut avoir qu'un sens. Une campagne est menée dans toute l’Europe contre la Russie concernant les prétendues persécutions religieuses en Russie. Et c'est à ce moment que quelques camarades norvégiens cherchent à se montrer de meilleure composition, en matière religieuse que les communistes russes. Ces camarades craignent les attaques de la classe bourgeoise. Il en est de même dans la question du centralisme. Juste au moment où la presse bourgeoise commence à parler des oukases de Moscou et de La dépendance des communistes norvégiens à l'égard de la dictature moscovite, nos camarades suédois commencent à s’occuper du centralisme. Les communiste» suédois veulent paraître plus humains que les autres. C'est du moins le sens objectif de leur attitude.

L’argumentation de Hoeglund n’a rien de marxiste. Dire que le Parti Communiste ne considère pas la religion comme contre-révolutionnaire est erroné. Toute religion, en Europe, est contre-révolutionnaire. En Orient, la religion peut encore jouer un certain rôle révolutionnaire comme le prouve la lutte des masses religieuses de l’Asie contre l’impérialisme anglais. Les méthodes de libération du prolétariat des chaînes du capitalisme sont aussi celles de sa libération de l’idéologie bourgeoise. La religion en est un des éléments. D'après Hoeglung, le but du communisme est d’établir sur la terre une Société digne de l’homme, ce qui concerne le ciel est en dehors de ses tâches. En ce qui concerne le ciel, je puis dire à Hoeglund comment il est fait : j’ai fait en avion le voyage de Berlin (rires).

Hoeglund écrit: « Il en est autrement si le P.C. s’oppose à ce que la religion devienne un instrument politique de classe ». Le marxisme démontre que toute religion est une idéologie de classe.

Nous pouvons souffrir des croyants dans notre parti, car la religion a de profondes racines dans l’âme de l’homme moderne. Nous devons être patients envers les croyants pour les rééduquer, mais il ne faut pas en conclure que le parti n’a rien à voir avec la religion ! Hoeglund remarque que j’ai écrit dans l’A.B.C. du Communisme que l’action antireligieuse exige de la prudence. Evidemment, Falk affirme qu’il serait insensé de se mettre maintenant en guerre avec la religion. Il ne voit pas que ce n'est pas nous qui avons entrepris une campagne antireligieuse, mais que c'est Hoeglund qui mène une campagne pour la religion.

Falk impute à Zinoviev d'avoir dit que le parti norvégien est hostile à l’Internationale Communiste. C’est justement le contraire qu’a dit Zinoviev. Falk affirme que nous n'avons jamais discuté les différentes questions litigieuses directement avec le parti norvégien mais que nous nous sommes adressés à des personnalités Au contraire. Nous nous sommes maintes fois adressés à la Centrale du parti Norvégien pour l’inviter à envoyer des représentants à Moscou. Cela ne nous a pas toujours réussi. Falk nous reproche de nous être liés à une fraction, mais il oublie que c'est le parti norvégien qui nous a envoyé des camarades de cette fraction. Tranmaël n'est pas venu. En ce qui concerne le groupe Mot Dag, la question devait être discutée dans une commission. Le parti norvégien ne porte malheureusement aucun intérêt particulier à la cause internationale. En ce qui concerne la jeunesse, mon avis personnel est que dans les questions relatives aux relations avec l’Internationale la discipline nationale ne lie pas les membres d’un parti quand ce parti se trouve en opposition avec l’Internationale. Tout membre des Jeunesses et du parti a le droit, pendant un conflit entre l’Internationale et la section locale de se prononcer pour l’Internationale et contre la Centrale. Je conclus : si les camarades scandinaves désirent vraiment travailler avec l’Internationale Communiste, nous arriverons à trouver le moyen qui nous permettra d’écarter toutes les difficultés. (Applaudissements).


Archives Boukharine Archives Internet des marxistes
Haut de la page Sommaire