1917

Cet article a été publié dans le journal de langue russe de New York Novy Mir (New World) le 15 mars 1917. Il a été repris en 1923 dans Voina i Revoliutsiia de Trotsky (Guerre et Révolution) , Vol 2, pp. 419-421. Source WSWS, traduit de l'anglais par le MIA


Œuvres - mars 1917

Léon Trotsky

Troubles en Europe

15 mars 1917


L'Europe est troublée. Un vent de printemps inquiétant souffle de l'Est russe, et il porte les clameurs révolutionnaires des travailleurs de Pétrograd et de Moscou.

Il y a deux ans, les Hohenzollern et les Habsburg n’auraient pas appris sans satisfaction les nouvelles d'un mouvement révolutionnaire en Russie. Mais maintenant, de telles nouvelles ne peuvent que remplir leurs cœurs de pressentiments anxieux. Car il y a un malaise en Allemagne et la terreur en Autriche. Les sous-marins allemands ont bien réussi à couler des vaisseaux «alliés», mais ils sont impuissants à obtenir même un morceau de pain supplémentaire ou un verre de lait pour les mères allemandes. Et les manifestations de femmes affamées à Pétrograd et à Moscou pourraient demain entraîner une réponse chez les mères à Berlin et à Leipzig.

"Nous devons gagner", a déclaré le comte Westarp, chef conservateur, à Dresde, et nous devons recevoir des réparations : sinon, après la guerre, tous les soldats allemands devront payer des impôts à l'Etat cinq fois plus importants qu'avant la guerre ."

Le ministre français des Finances, Ribot, est du même avis que Westarp : nous devons conquérir (l’Allemagne), et nous devons recevoir une indemnité (de l'Allemagne) - sinon les dirigeants seront en difficulté avec la population lorsque les résultats commenceront à être calculés. Mais la victoire est maintenant aussi éloignée qu'au premier jour de la guerre. Pendant ce temps, la France, avec sa démographie au point mort, a déjà perdu un million et demi de morts. Et combien d'invalides amputés de bras ou de jambes, ayant perdu la raison, aveugles... La terreur saisit les âmes des moulins à paroles "patriotiques" et des charlatans politiques qui sont étrangers à un sentiment de responsabilité, mais qui connaissent très bien le sentiment de peur. Le parlement français cherche une issue. Que faire ? Il a l'intention de jeter par-dessus bord le premier ministre Briand, le père-protecteur de tous les scélérats financiers et politiques de la république malheureuse, afin de le remplacer par une autre figure de la même qualité, mais moins voyante.

L'Angleterre, elle aussi, s'inquiète. Lloyd George a montré de grandes qualités quand il s'agissait de coller un couteau dans le dos son chef, Asquith. Les fainéants et les nigauds prévoyaient donc que Lloyd George écraserait les Allemands dans les plus brefs délais. Mais ce évangéliste défroqué, qui était parvenu à la tête des bandits de l'impérialisme britannique, s'est avéré incapable d'accomplir des miracles. La population de l'Angleterre, comme en Allemagne, est de plus en plus convaincue que la guerre a été menée dans une impasse. L'agitation des opposants à la guerre trouve un écho toujours plus grand. Les prisons débordent de socialistes. Les Irlandais réclament de plus en plus d'insistance l'établissement du Home Rule [autonomie] au gouvernement qui répond par des arrestations de révolutionnaires irlandais.

Le gouvernement italien, qui a apporté dans la guerre plus son grand appétit qu'une force armée supplémentaire, sent bien que le terrain sous ses pieds n'est pas plus solide que tous les autres. D'une part, les sous-marins austro-allemands entravent les expéditions de charbon dont il a tellement besoin. D'autre part, les courageux socialistes italiens courageux, avec des succès toujours croissants, poursuivent leur agitation contre la guerre. La proche retraite du dictateur hongrois Tisza est donc incapable d'apporter de la joie au premier ministre italien Boselli : elle ne lui rappelle que l'approche de sa propre heure fatale.

Il y a un malaise dans les parlements et les milieux gouvernementaux de l'Europe en guerre. Des crises ministérielles sont partout dans l'air et si la chute des dirigeants loqueteux de la guerre «nationale» est retardée, c'est seulement parce qu'il y a dans les circonstances actuelles un léger excès de parlementaires ou d'aventuristes «autorisés» qui seraient prêts à prendre eux-mêmes en main le fardeau du pouvoir.

Pendant ce temps, la machine de guerre fonctionne sans arrêt des deux côtés. Tous les gouvernements veulent la paix et tous la craignent, car le jour où les négociations de paix débuteront sera le jour de l'établissement du bilan. En raison de l'espoir de la victoire, les dirigeants continuent la guerre, ajoutant un caractère toujours plus destructeur à ses méthodes. Et pourtant, il devient clair, même pour l'opinion publique bourgeoise dans les pays neutres, que seule l'intervention d'une troisième force est capable de mettre fin au massacre mutuel des peuples européens. Cette troisième force ne peut être que le prolétariat révolutionnaire.

La peur de son émergence inévitable est le facteur principal de la politique des gouvernements, des parlements et des partis. Les crises ministérielles et le brassage des partis parlementaires sont motivés en dernière analyse par la peur des masses qu'ils ont trompées.

Dans ces conditions, les grèves et les troubles à Pétersbourg et à Moscou ont une signification politique qui va bien au-delà des frontières de la Russie. C'est le début de la fin. Toute action décisive prise par le prolétariat russe contre le plus dévalorisé des gouvernements européens dévalorisés servira de stimulant puissant aux travailleurs de tous les autres pays. L'écorce d'humeurs patriotiques et de discipline militaire s'est considérablement épaissie au cours des 31 mois de la guerre. Une secousse forte - et cette croûte se transformera en poussière. Les dirigeants le savent. C'est pour cette raison qu'il y a un tel malaise en Europe...

Léon Trotsky, Novy Mir, 15 mars 1917


Archives Trotsky Archives Internet des marxistes
Haut de la page Sommaire