1930

A l'heure du combat contre le cours gauchiste de la bureaucratie stalinienne.


La "troisième période" d'erreurs
de l'Internationale Communiste

Léon Trotsky

 

8 janvier 1930


Format ODT Format Acrobat/PDF Téléchargement fichier
Cliquer sur le format de contenu désiré

I

Qu'est-ce que la radicalisation des masses ?

La "radicalisation" des masses est devenue aujourd'hui dans l'internationale communiste un simple credo. Les véritables communistes — nous apprend l'Humanité — doivent reconnaître le rôle dirigeant du Parti et la radicalisation des masses. Cette façon de poser la question est un non-sens. Le rôle dirigeant du Parti est pour tout communiste un principe inébranlable. Celui qui ne se laisse pas guider par ce principe peut être anarchiste ou confusionniste, mais il n'est pas communiste, c'est-à-dire un révolutionnaire prolétarien. Quant à la "radicalisation" elle n'est pas un principe, mais seulement une caractéristique de l'état des masses. Est-elle juste ou fausse dans la présente période ? C'est une question de fait. Pour pouvoir apprécier sérieusement l'état des masses, il faut des critères justes. Qu'est-ce que la "radicalisation" ? Par quoi s'exprime-t-elle ? Qu'est-ce qui la caractérise ? Ces questions, la lamentable direction du Parti communiste français ne les pose même pas. C'est tout au plus si un article officieux ou un discours mentionne l'accroissement des grèves. Mais là encore on ne donne que de simple chiffres sans analyse sérieuse, voire même sans simple comparaison avec les années passées.

Cette façon de traiter la question découle non seulement des malfaisantes résolutions de la 10° session de l'Exécutif, mais au fond du programme même de l'Internationale communiste. Il y est question de la radicalisation comme d'un procès incessant. Ce qui veut dire qu'aujourd'hui la masse est plus révolutionnaire qu'hier et sera demain plus révolutionnaire qu'aujourd'hui. Cette façon mécanique de présenter les choses ne répond pas au procès réel du développement du prolétariat et de la société capitaliste dans son ensemble. En revanche, elle correspond on ne peut mieux à la mentalité des Cachin, des Monmousseau et autres opportunistes apeurés.

La social-démocratie, surtout avant la guerre se représentait l'avenir sous la forme d'un accroissement incessant des suffrages jusqu'au moment de la prise totale du pouvoir. Pour le vulgaire ou pseudo-révolutionnaire cette perspective reste, au fond, en vigueur, seulement au lieu d'accroissement incessant des suffrages, il parle de la radicalisation incessante des masses. Le programme boukharino-stalinien de l'Internationale communiste a également sanctionné cette conception mécanique. Il va de soi que vu sous l'angle de toute notre époque dans son ensemble, le développement du prolétariat s'opère dans le sens de la révolution. Mais ce n'est nullement un procès horizontal, tout comme d'ailleurs le procès objectif d'aggravation des antagonismes capitalistes. Les réformistes ne voient que les montées de la route capitaliste. Les "révolutionnaires" formels ne voient que les descentes. Quant au marxiste, il voit la ligne dans son ensemble, dans toutes ses courbes de conjonctures montantes et descendantes, sans pour cela perdre un seul instant de vue sa direction fondamentale aboutissant aux catastrophes guerrières, aux explosions révolutionnaires.

Les sentiments politiques du prolétariat ne se modifient nullement d'une façon automatique dans une seule et même direction. Les mouvements ascendants de la lutte de classes sont remplacés par des mouvements déclinants, les flux par les reflux, selon les combinaisons éminemment complexe des conditions matérielles et idéologiques intérieures et extérieures. Si elle n'est pas utilisée au moment voulu, ou si elle l'est faussement, l'activité des masses passe à son opposé, s'achève par une période de déclin dont la masse se relève ensuite avec plus ou moins de rapidité ou de lenteur, encore une fois sous l'effet de nouvelles poussées objectives. Notre époque se caractérise par les changements particulièrement brutaux de périodes distinctes, par des tournants extrêmement brusques de la situation et, dès lors, elle impose à la direction des devoirs exceptionnels sous le rapport d'une orientation juste.

L'activité des masses, en admettant même qu'elle soit organisée de façon entièrement juste, peut, selon les conditions, revêtir des expressions très différentes. Dans certaines périodes la masse peut être totalement absorbée par la lutte économique et manifester très peu d'intérêt pour les questions politiques. Par contre, après avoir subi plusieurs importants revers sur le champ de la lutte économique, la masse peut brusquement reporter son attention dans le domaine politique. Mais là encore — selon certains ensembles de conditions et selon l'expérience avec laquelle la masse s'est engagée dans ces conditions — son activité politique peut s'orienter soit dans la voie purement parlementaire, soit dans la voie de la lutte extra-parlementaire.

Nous ne prendrons que quelques exemples qui caractérisent les contradictions du développement révolutionnaire du prolétariat. Celui qui sait observer les faits et en pénétrer le sens, celui-là comprendra sans peine que les variantes que nous avons signalées ci-dessus ne sont pas des combinaisons théoriques, mais l'expression de la vivante expérience internationale de ces dernières années.

De ce qui précède, il résulte en tout cas clairement que lorsqu'on parle de "radicalisation", on doit exiger une définition concrète de cette idée. Cette exigence, l'opposition marxiste doit, bien entendu, se la poser à elle-même. La négation pure et simple de la radicalisation — comme le font Monatte, Chambelland et d'autres — est aussi insuffisante que l'affirmation pure et simple. Il faut savoir apprécier ce qui est et ce qui sera.

 

La courbe des grèves en France.

Les chefs officiels parlent de la radicalisation de la classe ouvrière française en la reliant presque exclusivement au mouvement des grèves. Le développement de ce mouvement est un fait indiscutable, basé sur les statistiques. Nous en ferons nous aussi notre point de départ.

La statistique officielle des grèves est en France bien en retard. Le dernier rapport du ministère du Travail concernant les grèves finit en 1925. Je n'ai à ma disposition aucun chiffre pour 1926. Pour les trois années suivantes, il y a les chiffres fournis par la presse communiste. Il est certain que les chiffres pris aux deux sources sus-indiquées n'ont par de mesure commune. Il n'est guère probable que le ministère enregistre avec toute l'exactitude voulue la totalité des grèves. D'un autre côté, les "révolutionnaires" superficiels de l'Humanité ont une tendance manifeste à donner des chiffres exagérés. Mais, malgré cela, la tendance générale du mouvement se dessine néanmoins de façon assez nette.

Le mouvement des grèves en France a atteint son point culminant dans les deux premières années qui ont suivi la guerre. En 1919, il y eut 2.100 grèves auxquelles prirent part 1 million 200.000 grévistes. En 1920, il y en eut 1.900 qui englobèrent presque 1.500.000 grévistes. Pour le nombre de grévistes, ce fut l'année culminante. Dès 1921 — excepté une courte période dont il est question ci-dessous — on constate une décroissance régulière qui atteint son niveau le plus bas en 1926-27. Voici des chiffres globaux : en 1921, 450.000 gréviste, c'est-à-dire trois fois moins que l'année précédente. En 1922, 300.000 grévistes. Ce n'est qu'en 1923 que la courbe non seulement ne s'abaisse pas, mais remonte même légèrement et indique 365.000 grévistes. Cette augmentation épisodique fut certainement déterminée par les évènements liés à l'occupation de la Ruhr et par le mouvement révolutionnaire d'Allemagne. En 1924, le nombre des grévistes tombe à 275.000. En 1925 à 250.000. Pour 1926, comme nous l'avons dit, les chiffres font défaut. Pour 1927, nous n'avons que le total des grèves : en tout 230, alors que dans les années de 1919 à 1925 le nombre de grèves oscilla entre 570 et 2.100. Bien que le nombre de grèves soit encore un indice grossier, il n'en reste pas moins qu'il ne laisse aucun doute sur le fait que la courbe des grèves a, d'une façon générale, continué à fléchir de 1921 à 1927 inclusivement. Dans le dernier trimestre de 1927, on compte 93 grèves englobant 70.000 grévistes. Si l'on admet que les grèves eurent une moyenne identique au cours de l'année entière (hypothèse nettement arbitraire) nous obtenons pour 1927 environ 280.000 grévistes, chiffre plutôt au-dessus qu'en dessous de la vérité.

Pour 1928, la presse communiste mentionne environ 800 grèves, dont 600 rien que dans le deuxième semestre de l'année, auxquelles prirent part 369.000 grévistes. Pour l'ensemble de 1928, on peut, par conséquent, accepter comme total général de grévistes le chiffre supposé de 400 à 450.000 grévistes. Pour 1929, la même presse donne 1.200 grèves avec, à peu près, le nombre de grévistes qu'en 1928.

Comparativement à l'année précédente, il n'y a pas, par conséquent, augmentation. Le nombre de grévistes en 1928, de même qu'en 1929 est approximativement deux fois plus élevé qu'en 1925. Il est à peu près égal à celui de 1927. Il est de trois fois et demie inférieur à celui de 1920.

Tous ces chiffres, comme on l'a déjà dit, ne prétendent pas à une exactitude absolue, mais ils sont suffisants pour déterminer la dynamique du mouvement. Après le point culminant des grèves de 1919-1920, la ligne va en déclinant jusqu'en 1923. En 1928 et 1929, nous constatons une montée certaine et en même temps sensible du mouvement des grèves, liée, comme il est facile de le comprendre (plus loin cela sera démontré) à l'essor industriel qui accompagna la stabilisation du franc.

On peut dire en toute certitude que la période de 1919-1927 forme en quelque sorte dans le vie du prolétariat français un cycle à part renfermant aussi bien un essor impétueux du mouvement ouvrier aussitôt après la guerre que des défaites et le décroissance de celui-ci, décroissance particulièrement vive après l'effondrement de 1923 en Allemagne. Dans sa forme la plus générale, ce cycle est caractéristique non seulement pour la France, mais pour l'Europe entière ; et dans une large mesure pour le monde entier. Ce qui est caractéristique pour la France comme telle, c'est l'amplitude relativement modérée des oscillations entre les niveaux les plus bas du cycle : la France victorieuse n'a pas passé par une crise vraiment révolutionnaire. Dans le rythme du mouvement de grève français, les évènements gigantesques qui se sont déroulés en Russie, en Allemagne, en Angleterre et dans les autres pays, n'ont eu qu'une répercussion atténuée.

Ces mêmes tendances du mouvement de grèves des ouvriers français sont encore caractérisées par d'autres chiffres. Le nombre de grévistes et le nombres de journées de grève qui reviennent en moyenne à chaque grève a vivement fléchi à partir de 1922. En 1921, à chaque grève, il revenait en moyenne près de 800 ouvriers et plus de 14.000 journées. En 1925, la moyenne était déjà de moins de 300 ouvriers et d'un peu plus de 2.000 journées. On peut supposer qu'en 1926-1927, ces moyennes en tout cas n'ont pas augmenté. En 1929, à chaque grève revenait déjà 400 ouvriers environ.

Relevons encore un important indice dont nous aurons besoin par la suite. Dans les années d'après-guerre, la première place parmi les grévistes appartenait surtout aux mineurs et aux métallurgistes, aux ouvriers des transports. En ces deux dernières années, la première place revient aux ouvriers du textile et en général à ce que l'on appelle l'industrie légère.

 

Que disent les chiffres de la statistique des grèves ?

Confirment-ils la thèse de la radicalisation des masses ou l'infirment-ils ? Tout d'abord, répondrons-nous, il la sortent du domaine de l'abstraction où Monmousseau dit : oui, tandis que Chambelland dit : non, sans définir ce qu'il faut entendre par radicalisation. Les chiffres cités plus haut concernant la lutte gréviste sont un témoignage indiscutable de certaines évolutions qui s'opèrent dans la classe ouvrière. En même temps, ils donnent une très importante estimation de la quantité et de la qualité de ces mouvements. Ils indiquent la dynamique générale du progrès et permettent, dans une certaine mesure, de prévoir ce que sera demain, ou plus exactement les variantes de demain.

Tout d'abord établissons que les chiffres pour 1928-1929, en regard de la période précédente, caractérisent en quelque sorte le début d'un cycle nouveau dans la vie du prolétariat français. Ils autorisent à supposer que dans les masses se sont opérés et s'opèrent de profonds processus moléculaires dont le résultat est que l'inertie du fléchissement — ce qui, pour le moment, ne s'applique qu'à la lutte économique — commence à être vaincue.

Cependant les mêmes chiffres montrent que le développement du mouvement de grèves est encore très modeste et ne donne nullement l'impression d'un débordement impétueux qui permettrait de conclure à une période révolutionnaire, voir même pré-révolutionnaire. Notamment, la différence entre les années 1928 et 1929 ne s'aperçoit pas. Au premier plan du mouvement de grèves figurent pour le moment, ainsi qu'il est mentionné ci-dessus, les entreprises de l'industrie légère. Chambelland tire de ce fait un argument-massue contre la "radicalisation" en général. Autre chose — dit-il — serait si les grèves englobaient les grandes entreprises d'une industrie-clé, métallurgie ou produits chimiques. En d'autres termes, il se représente la "radicalisation" tombant du ciel toute faite. En réalité les chiffres attestent non seulement que la lutte du prolétariat est entrée dans un nouveau cycle, mais aussi que ce cycle ne fait que passer aujourd'hui par ses premières étapes. Après les défaites et le dépérissement du mouvement, une recrudescence nouvelle, en l'absence de tout grand événement, ne pouvait en réalité commencer autrement que par la périphérie industrielle, c'est-à-dire l'industrie légère, les branches secondaire, les entreprises de moindre importance. Le déplacement du mouvement de grèves dans la métallurgie, dans la construction mécanique et dans les transports signifierait le passage de celui-ci à un stade plus élevé et indiquerait déjà non les symptômes d'une évolution qui commence, mais le fait d'un changement radical dans l'état d'esprit de la classe ouvrière. On n'en est pas encore là. Mais il serait absurde de fermer les yeux sur le premier stade du mouvement simplement parce que le deuxième, le troisième où le quatrième ne s'est pas encore produit. La grossesse même au bout du deuxième mois n'en est pas moins la grossesse. A vouloir la forcer, on aboutit à un avortement. Mais on peut arriver au même résultat en voulant l'ignorer. Il y a lieu d'ajouter, cependant, au sujet de cette analogie, que dans le domaine social les délais sont loin d'être aussi certains que dans le domaine biologique.

 

Les faits et les phrases.

Quand on examine la question de la radicalisation des masses on de doit pas un seul instant oublier que le prolétariat n'atteint au monolithisme que dans les périodes les plus élevées d'essor révolutionnaire ; dans les conditions ordinaires de la société capitaliste, le prolétariat est loin d'être homogène, l'hétérogénéité de ses couches sociales apparaissent de la façon la plus nette précisément aux tournants du chemin. Les couches les plus exploitées, les moins qualifiées ou les plus politiquement retardataires du prolétariat sont fréquemment les premières engagées dans la lutte, et souvent les premières à l'abandonner au moment des revers. Dans une nouvelle étape, il est plus facile d'entraîner dans le mouvement les groupes d'ouvriers qui, dans l'étape précédente, n'ont pas subi de défaites, sans doute, en général, parce qu'ils n'ont pas encore pris part à de grandes batailles. Sous une forme ou sous une autre, ces phénomènes doivent également s'observer en France.

L'indécision des ouvriers organisés que signale la presse communiste officielle elle-même témoigne dans le même sens. Les organisés ont effectivement les centres de rétention trop fortement développés. Se sentant une partie infime du prolétariat, les organisés ont fréquemment tendance à jouer un rôle conservateur. Cela n'est évidemment pas un argument contre l'organisation, mais un argument contre sa faiblesse, et un argument contre les chefs syndicaux du type Monmousseau qui ne comprennent pas la nature de l'organisation syndicale et ne sont pas capables de lui assurer la place qui lui revient dans la classe ouvrière. Mais, de toute façon, dans la période actuelle, le rôle d'avant garde que jouent les inorganisés dans le mouvement de grèves atteste qu'il ne s'agit pas pour l'instant, d'une lutte révolutionnaire, mais d'une lutte corporative-économique et, par surcroît, de ses manifestations primitives.

Dans le même sens témoigne le rôle important que jouent, dans les mouvements de grève, les ouvriers étrangers lesquels — constatons-le, en passant — ont devant eux en France un rôle analogue dans une certaine mesure à celui des nègres aux États-Unis. Mais il s'agit là de l'avenir. A l'heure actuelle, le rôle que jouent dans les grèves les étrangers, qui souvent ne connaissent pas le français, est une preuve de plus qu'il s'agit non d'une lutte politique mais d'une lutte corporative dont l'impulsion a été donnée par le changement de conjoncture économique.

Même en ce qui concerne le front purement économique, on ne peut pas parler comme le font Monmousseau et Cie du caractère offensif de la lutte. Ils basent cette formule sur le fait qu'un important pourcentage de grèves ont lieu au non de l'augmentation des salaires. Ces chefs profonds oublient que cette de revendication est imposée aux ouvriers, d'une part par la hausse des prix des produits vitaux, d'autre part par le renforcement de l'exploitation physiologique de l'ouvrier consécutif aux nouvelles méthodes industrielles (rationalisation). L'ouvrier est obligé de revendiquer une augmentation du salaire nominal afin de défendre son niveau de vie d'hier. Ces grèves ne peuvent avoir un caractère offensif que du point de vue de la comptabilité capitaliste. Du point de vue de la politique syndicale, elles revêtent un caractère strictement défensif. C'est précisément cet aspect de la question que devrait comprendre nettement, et mettre à tout moment en évidence, tout syndicaliste sérieux. Mais Monmousseau et Cie se croient en droit d'être des syndicaliste bons à rien sous prétexte qu'ils sont, qu'on pardonne l'expression, des chefs révolutionnaires. En s'égosillant au caractère offensif, politique et révolutionnaire des grèves économiques purement défensives, ils ne changent pas, bien entendu la nature de ces grèves et ne rehaussent pas leur importance d'un millimètre, mais par contre ils arment on ne peut mieux les patrons et les pouvoirs publics pour la résistance des ouvriers.

Les choses ne sont nullement améliorées quand nos "chefs" viennent affirmer que les grèves prennent soit disant un caractère "politique" en raison du rôle actif qu'y joue la police. Le bel argument ! Les assommades de grévistes par la police sont qualifiées d'offensive révolutionnaire des ouvriers ! L'histoire de France connaît plus d'une fusillade d'ouvriers lors de grèves purement économiques. Aux États-Unis, la répression sanglante des grève est une règle. Est-ce que les ouvriers des États-Unis mènent une lutte des plus révolutionnaires ? Seuls les braillards qui font inconsciemment le jeu des patrons et de leur police peuvent l'identifier avec l'offensive politico-révolutionnaire des masses ouvrières.

Lorsque le Conseil général des trade-unions britanniques représenta la grève révolutionnaire de 1926 comme une manifestation pacifique, il savait ce qu'il faisait : c'était là une trahison foncièrement préméditée. Lorsque Monmousseau et Cie représentent des grèves économiques éparses comme une offensive révolutionnaire contre l'État bourgeois, personne ne les accusera de trahison consciente : il n'est guère probable que, d'une façon générale, ces gens-là soient capables d'agir avec préméditation. Mais les ouvriers ne s'en trouvent pas mieux.

Nous verrons dans un second article comment nos héros terriblement révolutionnaires rendent encore d'autres services aux patrons en ignorant l'essor commercial et industriel, en diminuant sa portée, c'est-à-dire en rabaissant les profits capitalistes, et en sapant ainsi le terrain sous la lutte économique des ouvriers.

Tout cela, bien entendu, pour la gloire de la "troisième période" !

 

Un complément indispensable

L'Humanité du 7 janvier publie, en se basant sur des données officielles plus récentes que celles que nous avions à notre disposition, la statistique des grèves en France de 1919 à 1928 inclus.

Nous reproduisons ce tableau en entier :

Années
Nombre de grèves
Nombre de grévistes
1919
2.111
1.211.242
 1920
1.911
1.462.228
1921
 .570
.451.854
1922
.594
.300.588
1923
 1.114
 .365.868
1924
1.083
 .274.865
1925
 .931
 .249.198
1926
1.060
.349.309
1927
.443
.120.551
1928
  .943
 .222.606

 

Ce tableau apporte quelques changements à notre étude des grèves des trois dernières années. Mais il n'est pas difficile de démontrer que ces changements n'atténuent pas mais renforcent plutôt nos conclusions.

C'est l'année 1927 qui représente le point le plus bas dans le mouvement de grèves en France pour toute la décade. En 1928 une certaine hausse se manifeste. D'après les données de la presse communiste nous avons déterminé approximativement le chiffre des grévistes en 1928 de 400 à 450.000 hommes. Pour l'année 1929, l'Humanité donne le chiffre d'un demi-million de grévistes, chiffre qui n'est pas justifié même par ses propres données, et tire de là une conclusion de la croissance rapide des grèves en 1929 par rapport à l'année précédente. Cela n'empêche pas l'Humanité de déclarer le chiffre officiel pour l'année 1928 comme étant au-dessous de la réalité. Ainsi, du même chiffre on tire des conclusions dans les deux sens diamétralement opposés.

Cependant, si l'on prend les chiffres de l'Humanité elle-même pour les deux dernières années, on trouve non une hausse, mais plutôt une certaine décroissance du mouvement gréviste en 1929. Or, ce résultat inattendu s'explique de toute évidence par ce simple fait que les exagérations de l'Humanité pour l'année 1928 étaient plus «généreuses» que pour l'année 1929.

Nous ne possédons pas les chiffres, même globaux, du gouvernement pour l'année 1929. C'est pourquoi la conclusion que le nombre des grévistes de l'année écoulée a doublé par rapport à l'année précédente est basée sur la comparaison admissible entre le chiffre surestimé de l'Humanité et le chiffre sous-estimé du gouvernement.

Du tableau officiel que nous donnons plus haut, il ressort clairement que l'année 1928, qui a été proclamée comme la première année de l'essor révolutionnaire, a connu un nombre de grévistes qui, l'année 1927 prise à part, est le plus bas de toute la décade. Or, tout le diagnostic de la «troisième période», qui avait placé la France dans la soi-disant «avant-garde de l'essor révolutionnaire», s'appuyait surtout, sinon exclusivement, sur les faits du mouvement gréviste.

La conclusion reste toujours la même : avec des armes pareilles et avec des procédés de ce genre, on ne marche que vers des défaites !


Archives Trotsky Archives Internet des marxistes
Haut de la page Suite Fin